cours en ligne infirmières

Une plateforme spécialement dédiée à la formation des infirmiers et étudiants infirmiers a été mise en ligne dès 2009. Elle permet aux étudiants de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) de Cherbourg d’accéder à une partie de leurs cours sous la forme d’un document écrit.

FOAD, pour Formation ouverte à distance, fait donc partie depuis quatre ans des emplois du temps des étudiants. Ainsi, une partie importante de la formation est réservée à l’apprentissage en ligne où l’écran remplace les enseignants. Ce système permet de réduire considérablement les coûts de formation et tend à se généraliser dans toute la région.

L’enseignement à distance : un moyen innovant qui permet la réduction des coûts de formation

Les cours dispensés exclusivement en ligne englobent des matières traditionnellement enseignées par les universitaires comme la pharmacologie, la législation, la déontologie, la psychologie… Ce sont des cours de « connaissance pure » difficiles à comprendre et qui demandent donc l’intervention d’un professeur. Afin de faire face à ce problème, le centre de formation a mis en place des créneaux horaires où des cadres de santé viennent répondre aux interrogations des étudiants sur les matières qu’ils ont suivies en ligne.

Ce système de e-learning a été mis en place après le rattachement des IFSI de la région à l’Université de Caen. Claire Giguet, directrice du centre de Cherbourg, indique que « pour les dix IFSI, ce sont les mêmes cours et les mêmes contenus ». Des enseignants de l’Université de Caen venaient donner les mêmes cours dans tous les centres du département. Ceci entraîne un  coût très important lié à l’enseignement. Grâce à la plateforme, un seul intervenant prépare le cours qui sera ensuite mis en ligne ce qui permet de réduire les interventions des professeurs extérieurs à l’établissement et du coup réduire les coûts de formation.

Des cours en ligne pour être plus autonome

Les avis des étudiants concernant ces cours en ligne sont partagés et controversés. Certains jugent les cours en présentiel plus enrichissant, d’autres  trouvent que ce système permet d’élaborer des fiches de révision claires et avec beaucoup de facilité, sans oublier l’avantage d’éviter les amphithéâtres encombrés qui les empêchent de se concentrer.

L’un des problèmes majeurs posés par le nouveau système est l’impossibilité de savoir si l’étudiant a bien suivi le cours ou s’il s’est connecté pour surfer ailleurs sur le net. Les formateurs peuvent en effet contrôler la connexion des étudiants à la plateforme, mais ils n’ont aucun moyen de savoir s’ils ont réellement consulté les documents. Claire Giguet considère que c’est un bon moyen de rendre les apprenants plus autonomes et plus responsables : « on leur donne les moyens s’ils veulent réussir, à eux de se donner les moyens. Et d’un autre côté, cela leur apprend aussi à s’adapter et à s’organiser », affirme-t-elle.

 

Articles similaires :

  1. Rythmes scolaires à Paris : NKM lance une plateforme en ligne pour les mécontents
  2. Une plateforme e-learning pour la lutte contre le trafic humain
  3. Le gouvernement régional bruxellois lance une plateforme d’auto-formation en langues