e-learning

L’apprentissage n’est pas toujours des plus aisés pour les étudiants incarcérés qui n’ont pas accès aux usages numériques. L’e-learning reste la solution toute trouvée pour aider ces jeunes à obtenir leurs diplômes.

L’enseignement à distance en prison

L’accès à l’enseignement est un droit que tout le monde doit avoir, même ceux qui sont incarcérés. C’est notamment pour rétablir cette forme d’injustice que les universités proposent des cours à distance dans les différents établissements pénitentiaires. Cependant, beaucoup d’établissements pénitentiaires refusent l’accès aux outils numériques aux détenus, ce qui fait que les échanges d’informations et le suivi des étudiants restent difficiles. Conséquences : la motivation des apprenants s’affaiblit trop rapidement et l’isolement ne fait que favoriser le décrochage.

Le défi de l’e-learning mis en place par l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et l’université Paris-Nanterre est de proposer des contenus faciles à assimiler pour les détenus. Les formations à distance avec avec des enseignants présents en présentiel donnent ainsi l’occasion aux prisonniers de suivre une formation en interne, avec à la clé, un diplôme. Pour faciliter leur projet de formation, les universités souhaitent également instaurer un dispositif pédagogique à distance qui sera bien utile pour les étudiants qui ne peuvent pas se connecter à Internet.

Une approche pédagogique personnalisée

Pour aider au mieux, les prisonniers à réussir leur formation, les universités doivent arriver à allier bonnes pratiques et bon plan organisationnel. L’objectif étant de collaborer au mieux avec le personnel de la prison afin que ces derniers puissent également aider à la formation des détenus. Un accord-cadre de coopération en vue du développement de l’accès aux études supérieures des incarcérés a notamment été signé au début d’année. La collaboration entre les différentes universités représentées par la Conférence des présidents d’université et les ministères de la Justice et de l’Éducation nationale se pose comme la première pierre à la bâtisse.

Les prisons quant à elles, avancent qu’il serait plus judicieux de mettre en place une formation restreinte, accessible aux détenus avec des peines courtes. Cela leur donnerait accès aux études supérieures. Les universités partenaires et notamment la Fédération interuniversitaire d’enseignement à distance devraient commencer par mettre en place une campagne de sensibilisation des enseignants, aidant ces derniers à proposer des offres pédagogiques personnalisées. Un livret de la scolarité universitaire en milieu carcéral qui accompagne et informe les personnels dans les démarches administratives devrait notamment être mis en place.

L’importance de l’accès aux outils numériques

Si le succès de l’e-learning est basé sur la formation à distance, il parait plus intéressant pour les détenus d’avoir près d’eux à savoir un enseignant référent et un responsable local d’enseignement. La collaboration entre les deux parties devrait fournir un bon encadrement aux apprenants.

Il faudra également penser à déployer le numérique dans les prisons. Un projet baptisé NED (Numérique en détention) est actuellement en marche et appuyé par la Direction de l’administration pénitentiaire et les responsables locaux. La mise en place d’un tel dispositif devrait faciliter la formation en prison, car il serait plus simple de faire le suivi des progrès des apprenants via une plateforme d’apprentissage en ligne.

Articles similaires :

  1. Les universités britanniques se lancent dans les MOOCs
  2. La Commission européenne alloue 5 millions d’euros pour l’innovation dans le domaine du e-learning scolaire
  3. Défi Ingénieurs, un serious game de recrutement en ligne