Plateforme d'auto-formation en langue

Lors du flash-mob organisé dans le cadre du Rallye Langues le vendredi 20 septembre, les ministres de l’Emploi et de la Formation professionnelle à la Région Bruxelles-Capitale, Céline Frémault et Rachid Madrane, ont annoncé qu’une plateforme en ligne d’auto-formation en langues sera prochainement mise à la disposition des demandeurs d’emploi bruxellois. Au cours de la conférence de presse présentant le 3ème bilan et perspectives du Plan Langues pour les Bruxellois, ils ont rappelé « la véritable nécessité de soutenir l’apprentissage des langues à Bruxelles » et donc du Plan Langues, lancé en 2004.  

La date choisie pour cette conférence de presse est significative car elle s’inscrit dans le sillage d’une journée particulière qui est le Rallye Langues de Bruxelles Formation. Il s’agit d’une journée d’activités ludiques autour des langues et la culture que Bruxelles Formation propose depuis maintenant 13 ans à ses stagiaires dans le cadre de la Journée européenne des Langues.

Les langues disponibles pour l’apprentissage sur la plateforme seront, dans un premier temps, le français, le néerlandais, l’anglais et l’allemand. Quant à la date du lancement de la plateforme, Céline Frémault  a souligné qu’ « un marché public a été lancé au début de l’été. Le lauréat vient d’être désigné par le comité d’accompagnement de ce projet et dispose à présent d’un délai de 30 jours pour réaliser la dite plate-forme».

Bruxelles : un taux de chômage inquiétant  

Bruxelles compte le taux du chômage le plus élevé parmi les capitales de l’Europe. En effet, avec un pourcentage qui atteint 20,8%, il devient très urgent de chercher des solutions rapides et efficaces à ce problème.

Selon les études du marché belge, la maîtrise de plusieurs langues augmente de 17% les chances de s’insérer dans le monde du travail. Les entreprises demandent de plus en plus la maîtrise d’une langue étrangère ou deux afin de faire face à la compétitivité internationale croissante. 48% des offres d’emploi d’Actiris, l’Office Régional Bruxellois de l’Emploi, exigent explicitement des connaissances linguistiques. Ce pourcentage passe même à 61,2% pour les fonctions critiques et hautement qualifiées surtout celles qui demandent un contact régulier avec le public. Or, on note que seulement 10,2% des chômeurs de la capitale belge maîtrisent deux langues ou plus !

Pour la directrice de Bruxelles formation, Olivia P’tito, la maîtrise du néerlandais ou de l’anglais est primordiale et ce, peu importe les secteurs. Le Directeur Général d’Actiris a déclaré récemment que plus de 90% des chercheurs d’emploi sont unilingues francophones. Le défi est donc énorme d’où l’importance de soutenir et de dynamiser la connaissance des langues des demandeurs d’emploi.

Les langues  sont un réel atout pour trouver un emploi à Bruxelles

L’étude réalisée en 2012 par l’Observatoire bruxellois de l’emploi a souligné qu’il existe  une relation évidente entre la probabilité d’intégrer le monde du travail et le fait d’avoir bénéficié d’un Chèque Langue. « Les Chèques- Langues » constituent la première initiative qui a été mise en œuvre par le Plan Langues. L’action est considérée comme un véritable succès. En 2004, ils étaient seulement 500 chômeurs à en avoir bénéficié ; un taux qui a augmenté jusqu’à atteindre 7.143 en 2012 et 5.035 sur les 8 premiers mois de l’année 2013. Le budget de 9 millions d’euros a été alloué à cette initiative de la part du gouvernement bruxellois.

En effet, le Plan Langues, qui est le fruit de la collaboration entre la Région de Bruxelles-Capitale et la COCOF, participe activement à la recherche des solutions au problème du chômage en lançant plusieurs initiatives qui visent à promouvoir, intensifier et améliorer les connaissances linguistiques des Bruxellois afin de faciliter leur insertion dans le marché du travail ( les « Chèques-langues,  les formations en langues « ciblées métiers »…).

Le gouvernement régional bruxellois soutient la création de la plateforme d’auto-formation en langues

Le gouvernement régional bruxellois a également encouragé la création de la plateforme d’auto-formation en langues. Afin d’assister Actiris  dans ses efforts à promouvoir l’apprentissage des langues auprès des chômeurs bruxellois, il lui a octroyé  un subside de 400.000 euros et ce dans le cadre du New Deal bruxellois.

La plateforme en ligne d’apprentissage des langues qui devrait ouvrir ses portes dans les semaines à venir, sera disponible gratuitement pour tous les chercheurs d’emplois bruxellois inscrits chez Actiris quelque soit leur niveau linguistique. Elle sera accessible par connexion internet et par l’obtention d’un code d’accès et d’un mot de passe sécurisé.

Articles similaires :

  1. B-expert, la plateforme e-learning de Brussels Airlines
  2. La Journée Européenne des Langues revient pour sa 6ème édition
  3. Fleur Pellerin lance le projet d’une école de l’entrepreneuriat pour tous