formation entreprise

Les résultats du baromètre du groupe Cegos concernant la formation professionnelle en Europe viennent récemment d’être rendus publics. Les conclusions de cette enquête démontrent clairement que sur l’année 2015, la formation professionnelle a connu une baisse d’intérêt de toute part sauf en Grande-Bretagne.

Formation professionnelle : l’écart se creuse

Le secteur de la formation professionnelle en Europe a connu ces dernières années un regain d’intérêt de la part des dirigeants d’entreprise, mais là où le bât blesse, c’est que les salariés ne sont pas tous enthousiastes sur le sujet. C’est d’ailleurs ce qu’ont démontré les résultats du baromètre du groupe Cegos concernant la formation professionnelle en Europe. En effet, pour l’édition 2015 du baromètre, plus de 600 DRH/RF et 2500 salariés travaillant dans divers pays d’Europe, dont l’Italie, la France, l’Allemagne, l’Espagne ainsi que la Grande-Bretagne ont été sondées. Les conclusions de l’enquête laissent assez perplexe, car il semblerait que les salariés manquent d’ambition en termes de formation professionnelle. Seuls les Britanniques semblent avoir trouvé l’enthousiasme nécessaire pour suivre les formations dédiées.

Les cadres sont les plus intéressés

 L’étude réalisée par le groupe Cegos démontre également que ce sont surtout les cadres qui sont les plus satisfaits de la mise en place des formations professionnelles au sein des entreprises. 45 % d’entre eux affirment que les formations professionnelles leur ont permis d‘élargir leur connaissance et leurs domaines de compétence. Les ouvriers et les employés sont pour leur part, 8 % seulement à s’intéresser à la formation professionnelle.  Cet écart est noté sur l’ensemble des pays d’Europe et l’enquête tend à faire remarquer que les plus qualifiés sont ceux qui ont réussi leur parcours scolaire. Ils ont en effet une attitude plus positive face à la formation professionnelle et sont plus aptes à apprendre de nouvelles choses.

La stratégie délaissée pour l’administratif

45 % des DRH/RF de tous pays sondés estiment que l’administration de la formation est une priorité tandis que la mise en place des évolutions de l’impact et du ROI n’est que très peu sollicitée. Par rapport aux résultats de l’enquête menée en 2011, il semblerait que les évaluations post-formation ont déserté les entreprises. Seuls les managers britanniques qui sont le plus sollicités en matière d’évaluation. Du côté des salariés, seuls 22% se disent profiter d’un accompagnement de leurs managers avant la formation et 18 % d’entre eux suivent une évaluation poste formation et ces statistiques sont en baisse chez les salariés âgés de 45 ans et plus.

La formation à distance gagne du terrain

Cette tendance avait déjà été remarquée lors des dernières éditions du baromètre, mais il semblerait que la solution ne s’arrange pas. En effet, les résultats du nouveau baromètre 2015 de Cegos viennent confirmer que les formations en présentiel perdent du terrain face aux formations à distance. Les écarts entre pays sont assez flagrants puisque 65 % des salariés espagnols disent avoir suivi une formation professionnelle. En France, seuls 29 % des salariés ont choisi d’opter pour la formation en ligne.

En Grande-Bretagne, les statistiques passent à 46% dès que l’on parle de tutorat et de coaching en ligne tandis que 26% seulement des Français ont bénéficié d’un accompagnement individuel.  Par ailleurs, les chiffres tendent à démontrer que la formation en ligne attire plus les moins de 35 ans qui sont plus nombreux à opter pour les classes virtuelles et les coachings en ligne. On peut en tirer comme conclusion que la Grande-Bretagne est au taquet dès que l’on parle de formation professionnelle, que ce soit en salle ou en ligne et d’ailleurs, les autres pays européens devraient s’inspirer de leur enthousiasme.

Articles similaires :

  1. Academos lance un réseau social d’orientation scolaire et professionnelle pour les jeunes Québécois
  2. L’essor des MBA à distance en Europe
  3. La formation à distance depuis l’étranger